Sélectionner une page

Pourquoi cet objectif ? 

 

Alors que de nombreux poitevins, de nombreuses poitevines, vont passer l’été à Poitiers, nous souhaitons favoriser autant que possible la convivialité et le bien vivre dans la ville, et la mobilité entre les différents quartiers.

D’autre part, nous ne souhaitons pas que le déconfinement rime avec retour de la pollution, encouragée par l’autosolisme (une personne, une voiture). La situation confinée que nous vivons, qui a encouragé de nombreux habitants et habitantes à pratiquer d’autres formes de mobilité, est l’occasion unique d’expérimenter de nouvelles alternatives de mobilité, pour encourager autant que possible toutes les alternatives à la voiture individuelle !

     

    1. Encourager la pratique du vélo

     

    Une bonne solution pour lutter contre la pollution, contre l’engorgement des axes routiers, et pour favoriser notre santé : le vélo !

    Le gouvernement  a annoncé un plan vélo d’envergure avec un financement conséquent pour inciter les salarié-es à privilégier ce mode de déplacement dans le contexte du Covid 19 et à plus long terme ( 7 ans).

    Le Baromètre des Villes Cyclables publié par la FUB en février 2020, a confirmé le sentiment de nombreux cyclistes poitevins : il est difficile de rouler à vélo en sécurité dans l’axe rue du Faubourg du Pont Neuf/Campus-CHU. Toutes les enquêtes démontrent que le principal frein à l’utilisation des cycles est le sentiment d’insécurité lié à la circulation automobile.

    La municipalité actuelle a annoncé des mesures visant à favoriser l’usage du vélo, beaucoup trop peu audacieuses. Par exemple, mettre en place des infrastructures qui entraînent pour les usagers de vélo, un allongement de la distance à parcourir, 900m par le boulevard Coligny, 1,1 km par le Faubourg St Cyprien et des efforts supplémentaires avec des pentes dont la déclivité augmente respectivement de 17 et 20 %  revient à donner l’illusion que l’on répond à une demande sans s’en donner les moyens.

    Dès notre élection, nous engagerons des expérimentations pour favoriser le vélo sur des axes structurants : l’axe centre-ville – campus, les axes menant au CHU, les axes depuis la gare vers le Futuroscope.  

    • Une première mesure : réserver la voie montante du Faubourg du pont neuf aux cyclistes et au bus, et dévier la circulation automobile vers :
      • le boulevard de Coligny, pour les véhicules descendant du centre-ville par la rue Jean Jaurès
      • le faubourg du pont st Cyprien pour les véhicules venant du sud
      • la pénétrante pour les véhicules venant du Nord de l’agglomération
    • Construire un « Plan Vélo Déconfinement » en concertation avec les associations compétentes, actuellement exclues des cadres de concertation animés par la municipalité.
    • Développer, au plus tôt, le nombre de chèques proposés par Grand Poitiers pour l’aide à l’achat d’un vélo électrique (250 chèques supplémentaires)
    2. Favoriser l’usage des transports collectifs, dans le respect des consignes sanitaires :
    • Etendre le Pass’Sport sur la partie gratuité des transports:
      • Offrir la gratuité totale aux jeunes jusqu’à 25 ans
      • Offrir la gratuité des noctambus pour toutes et tous les habitant.e.s sur la période d’été.
      • Accompagner ces mesures d’un plan de communication ambitieux. 
    • En concertation avec les équipes de Vitalis, travailler sur le maintien de certains horaires de période scolaire pendant l’été, sur certaines lignes structurantes.

    Votre avis compte !

    Ces propositions répondent à vos besoins ?
    Elles méritent au contraire d’être complétées, modifiées ?
    N’hésitez pas à exprimer votre avis en commentaire : notre programme « Demain, Poitiers Collectif » est évolutif, pour tenir compte des retours de l’ensemble des acteurs et habitants, habitantes, de notre ville.

    9 Commentaires

    1. Philippe

      Entre la « nécessaire » concertation avec les riverains et les modalités techniques, à quelle échéance cette proposition concernant la rue du Faubourg du Pont-Neuf pourrait-elle être mise en oeuvre ?

      Réponse
      • Luc Cerniaut

        Bien ! … mais quand prendra-t-on conscience que pour créer un réel engouement pour la pratique du vélo au quotidien, il est nécessaire de structurer un vrai réseau sécurisant et continu? Dont l’ossature pourrait être (entre autres…) l’axe des vallées (facilité et agrément de la pratique sur du plat, loisirs, liaisons fonctionnels, vélotaf…) et notamment l’axe Ligugé / Beaumont -St Cyr le long du Clain, permettant de relier Ligugé (les Usines !), Saint Benoit, Tison, le centre ville de Poitiers, la gare, la zone du futuroscope, Chasseneuil, Jaunay- Marigny, Beaumont, le lac de St Cyr et poursuivre vers Châtellerault…

        Réponse
      • poitierscollectif

        On a pu observer que des villes ont mis en place des dispositifs temporaires en quelques semaines dans le cadre de la préparation au deconfinement. Donc il nous semble envisageable de proposer des choses dans l’été, en s’appuyant sur les éléments fournis par vélocité 86

        https://www.velocite86.org/2020/05/13/le-velo-une-des-cles-pour-un-deconfinement-plus-securise-mais-des-reponses-manquant-dambition-a-poitiers/

        Et sur le guide élaboré par le CEREMA :

        http://www.cerema.fr/fr/actualites/velo-deconfinement-guide-express-amenagements-cyclables

        Pour ce qui est de la concertation avec les riverains deux possibilités :
        • soit on arrive à les mobiliser avant la mise en œuvre (ce qui reculerait du coup le délai) pour prendre en compte en amont leur avis
        • Soit on met en place les aménagements temporaires très rapidement et on constitue en parallèle un comité de riverains de manière à évaluer la situation après qqs semaines de fonctionnement (un mois?) afin de corriger le tir si au final les résultats ne sont pas là.

        C’est l’esprit même de l’urbanisme tactique que de tester des solutions temporaires avec des infrastructures légères qui peuvent être facilement retirées si les résultats ne sont pas au rdv.

        Réponse
    2. FrcK

      La gratuité des bus à Niort, par exemple, s’est fait au détriment d’une diminution de la fréquence sur certaines lignes. Comment concilier la gratuité des bus (même pour une partie des usagers, ici les moins de 25 ans) et le maintien, voire mieux, l’augmentation de la fréquence des lignes ou la création de nouvelles lignes?

      Réponse
      • poitierscollectif

        Bonjour,
        Les mesures que nous proposons sont des mesures temporaires, pour cet été. Cette mesure est donc prise dans le cadre ponctuel d’un été où les habitant.e.s resteront plus à Poitiers et pour ainsi les inciter à profiter des activités qu’offre la ville (commerce, activités sportives, loisirs,..) tout en facilitant de nouvelles habitudes des transports en commun.
        Il s’agit en fait d’une extension du Pass’Sport, qui prévoit la gratuité des transports l’été pour les moins de 18 ans. Nous l’étendrons aux 18-25 ans.
        Quant au programme de notre mandat, nous n’envisageons pas une gratuité totale immédiate, mais plutôt « tendre vers ». En effet, comme vous l’évoquez dans votre commentaire, il y a d’abord nécessité de développer et restructurer l’offre de transports collectifs (et cela a un coût !) avant d’envisager une gratuité.

        Vous trouverez plus de détails sur notre site de campagne : https://poitierscollectif.fr/le-programme-poitiers-collectif-2020/engager-une-transition-globale-vers-des-mobilites-douces-et-collectives/

        Réponse
    3. Thomas

      Le Covid 19 nous fait un peu perdre de vue le réchauffement climatique, les atteintes à la biodiversité (et d’ailleurs j’ai du mal à retrouver ces notions dans le programme des 100 jours). Pourtant dans l’été il y aura encore des épisodes de canicules et les habitants vont en souffrir. Une ville agréable c’est aussi une ville adaptée à ces nouveaux enjeux. On aura besoin de vert, d’ombre pour ne pas cramer à chacun de nos déplacements dans la ville, de frais, d’air respirable. J’espère qu’il y aura très vite des arbres de plantés, que la nature sera remise en valeur et que les herbes et fleurs qui ont pu pousser librement sur nos ronds-points, nos trottoirs, nos parcs ne seront pas traitées comme elle le sont par l’actuelle municipalité. Tout a été ratiboisé dès le déconfinement entamé. Une autre vision et une autre gestion des espaces verts (ou non verts d’ailleurs) doit être appliquée très rapidement. Prenons exemple sur Grenoble : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/deconfinement-herbes-hautes-nouvelles-especes-grenoble-veut-revoir-sa-gestion-espaces-verts-1834290.html

      Merci et bon courage

      Réponse
      • poitierscollectif

        Bonjour,
        La végétalisation fait en effet partie des priorités de notre programme général, nous rejoignons totalement vos constats. C’est un engagement transversal, mais vous pouvez par exemple retrouver nombre de propositions sur la page https://poitierscollectif.fr/le-programme-poitiers-collectif-2020/offrir-un-droit-a-la-nature-au-quotidien-et-tout-au-long-de-la-vie/ .
        Nous n’avons pas indiqué d’action « phare » à ce sujet dans nos 100 premiers jours, car il s’agira de faire évoluer, en respectant le rythme des équipes municipales, les manières de traiter les espaces végétalisés de la ville existants, avant de les étendre.
        Mais nous nous y engagerons au plus vite, et cela fera clairement partie de la feuille de route de nos élu.e.s en charge de ce sujet, dès leur élection.
        Nous restons à votre disposition pour toute question, et merci pour votre contribution !

        Réponse
        • Thomas

          Merci pour votre réponse! j’imagine bien que vous saurez mettre en place des actions pour prendre la mesure des canicules qui nous attendent dans le futur, mais quelques unes rapides voire même symboliques nous ferons mieux supporter celle(s) de cet été. Bon courage à toutes et tous!

          Réponse
    4. M. VIAULT

      Bonjour,
      Je suggère une carte des temps de trajets à vélo comme l’ont fait Paris, Lyon ou Strasbourg ainsi qu’une signalétique dédiée d’itinéraires qui les rappels.
      Avant de créer de nouveaux itinéraires (même si cela est louable), il serait bien meilleur de traiter la continuité des aménagements cyclable et leurs mise en conformité (largeur de bande, croisement et carrefour compris).
      Comme l’a écrit @Luc Cerniaut « il est nécessaire de structurer un vrai réseau sécurisant et continu… »
      Si je peux faire une remarque aucune mention n’est faite dans votre programme des nouveaux moyens de déplacement (EDPM) ni d’intermodalités des modes de déplacement (utilisation de plusieurs modes de transport au cours d’un même déplacement exemple : utiliser son vélo dans une continuité voiture, vélo, bus)

      Réponse

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Voir la proposition précédente

    Voir la proposition suivante

    Share This